Le Legénde de Rosschastliviya

head - Le Legénde de Rosschastliviya

   Le roi et la reine    Il était une fois un pays, dont la gloire s’étendait à travers le monde entier. Là, tout était extraordinaire: les palais frappaient l’imagination d’un luxe (les habitants les appelaient «château»), les bois surprenaient par l’abondance d’oiseaux et de bêtes. Mais la chose la plus remarquable de ce pays c’était un jardin magique, où poussaient des fleurs et des arbres extraordinaires entièrement couverts de fruits dorés. Chaque nuit la récolte devenait complètement mûre et le matin les habitants pouvaient de nouveau goûter les fruits savoureux. Mais le principal secret du jardin magique consistait en ce que chacun après avoir mordu dans un morceau du fruit devenait beaucoup plus heureux, que ce qu’il avait été avant.

duchesse


         On appelait ce pays «Rosstchastliviya» (c’est-à-dire «rendant heureux») et ses habitants — «stchastlivorossy» («les Slaves heureux»). L’apparence des habitants du pays était aussi remarquable — les femmes étaient réputées pour leur beauté et l’élégance. Chez eux il était à la mode de piquer dans les cheveux des pétales dorés du jardin, grâce à quoi la lumière de leurs yeux possédait un attrait extraordinaire. Les hommes portaient des manteaux de velours, qui sur leurs larges épaules avaient l’air des manteaux royaux. Ils ne devaient pas porter l’arme. Leur dignité et le courage étaient la meilleure preuve de la force. Leur langue était tellement chantante, que pendant qu’ils tenaient des conversations il semblait comme si la musique magique sonnait. Dans ce pays tout respirait l’harmonie et le bonheur.

 

       Mais le temps passait et les habitants n’ont pas eux-mêmes remarqué que quelque chose dans le monde merveilleux s’était mis à changer. Par désoeuvrement quelqu’un avait dit quelque chose de blessant, quelqu’un avait envié quelqu’un… Comment cela s’est passé — personne ne l’a remarqué, l’envie et la méchanceté avaient envahi le pays. Les femmes ont commencé à mal vieillir, les pétales dans leurs cheveux ont pâli et se sont effeuillés, les épaules des hommes se tassaient. Les vices des gens que personne n’avait auparavant remarqués ont commencé à se manifester.


       Et même dans le jardin il y a eu un malheur — le vieux jardinier Flergan a été atteint d’une maladie mortelle. Le jardin magique s’est très vite couvert de mousse et de lichens, les sentiers se sont couverts de prunellier. Les fleurs et les fruits magiques se couvraient sous les yeux de mousse et tombaient des branches, n’ayant pas eu le temps de mûrir. Les habitants étaient épouvantés par les changements arrivés: leur beau monde s’évanouissait. Le silence et la terreur se sont faits à Rosstchastliviya.


     Personne ne savait comment aider le jardinier aimé, comment rendre leur beau monde. Chaque soir les gens ont commencé à se réunir dans le jardin près de l’arbre autrefois luxuriant. Le malheur commun a rapproché les habitants, les a réunis ensemble. Par qui est venue l’idée d’apporter de l’eau du ruisseau et d’arroser l’arbre — maintenant on ne le rappellerait déjà pas, mais alors… Alors il y a eu un miracle — sous les yeux des habitants stupéfiés: un petit bouton a émergé sur l’arbre presque sec! Le travail a battu son plein: tous portaient les seaux d’eau et arrosaient le jardin magique. Le rire s’est fait entendre et en un clin d’oeil tout a commencé à changer — sur les arbres les bourgeons se gonflaient, les feuilles et les fleurs s’épanouissaient.       

 

Flower Girl
        Une fleur était tout à fait particulière. Les pétales roses couvraient en frémissant les étamines dorées, sur lesquelles il y avaient les gouttes de rosée reflétant les rayons de la lumière. Soudain les pétales se sont mis à trembler et la rosée, comme les larmes, a coulé de la fleur. Là, où dégouttait la rosée, germait l’herbe d’émeraude. Les gens ont cueilli un peu de rosée, et tous ensemble sont partis chez le vieux jardinier Flergan. Quelques gouttes ont suffi pour que le jardinier se soit rétabli. Quand il est sorti au jardin les oiseaux chantaient, le vent léger caressait l’herbe juteuse et fraîche. Flergan s’est tourné, son visage brillait de la lumière du bonheur. «Depuis longtemps j’attendais ce moment, — a-t-il dit, — vous-mêmes êtes la source de la vie. Ce n’est que vous-mêmes qui êtes un récipient magique d’une harmonie exceptionnelle, qui rend tous plus heureux!»


     Alors les habitants du pays magique ont compris que le principal — l’harmonie de la vie, l’amour de l’un envers l’autre — est encore vivant! La musique magique a retenti, tous les habitants de Rosstchastliviya disaient à qui mieux – mieux des mots agréables l’un à l’autre. Flergan a ouvert des caves dans le jardin et a organisé un festin de roi. Tous les «stchastlivorossy» l’aidaient, le rire sonnait partout.


     Et j’étais là, goûtait les mets magiques, que le vieux magicien offrait. C’est ce que je vous souhaite!